Stage 080

Stage d’autonomisation de juillet 2016

admin Stages

Quel est le rêve de tout chef de chœur ? Des choristes heureux, autonomes et libres, acteurs de leur chant !

Du 25 au 30 juillet 2016, j’ai reçu chez moi un petit groupe de chanteurs pour une semaine de travail consacrée à l’autonomie dans le chant : quatre soprani, deux ténors, deux basses et cinq alti. Nous avons travaillé deux œuvres de Monteverdi : Ah! Dolente et le Kyrie de sa Messe, ainsi qu’un chant espagnol, Canto de Trilla, d’Oscar Espla.

Progressivement, j’ai vu les chanteurs déployer leurs ailes dans le chant et assumer leur place, leur voix, leur discours.

Le témoignage de Sophie :

Quelques mots : Exigence et sérieux, bienveillance, empathie, écoute attentive, humanité. Quelques lignes : Ces mots s’appliquent au travail d’Elisabeth, mais aussi à tous les stagiaires. Des moments de qualité à conserver dans notre album de souvenirs personnels! La chaleur humaine est toujours au rendez-vous de ces rencontres musicales : ça rit (beaucoup), ça mange (trop!) et ça travaille (du beau!).

Le témoignage d’Arnaud :

Une super (première) expérience avec ce stage ! Toutes les conditions étaient réunies pour se sentir à l’aise, de l’accueil à la bienveillance de tout le groupe. L’effectif réduit permettait des conseils individuels, ce qui m’a incontestablement amené à progresser dans la technique et dans l’écoute.

Le témoignage de Thierry :

Le plaisir du chant encore, ensemble, et l’étonnement de découvrir la place de sa prise de parole autonome dans le choeur ; la voix qui s’élance, dans le risque et dans le mouvement du chant, de la musique, de l’émotion partagée.
Une semaine de rencontre dans la bienveillance qui donne l’élan d’un engagement libre, enfin, pour le chant, pour la voix.

Le témoignage de Françoise :

Grâce à ce stage d’autonomisation, j’ai pris confiance en moi. Je vais notamment plus vite en déchiffrage. Prendre la parole et chanter seule est plus facile.

Le témoignage d’Isabelle :

Impossible de se « cacher » dans un quatuor, quand on est seule à chanter sa voix ! Depuis le stage, je conjugue allègrement à la première personne les verbes oser, assumer, libérer. Avec la même joie que quand, enfant, j’ai retiré les roulettes de mon vélo pour filer « comme une grande » !

Au vu de ces retours positifs, j’envisage de renouveler l’expérience en 2017. Pour plus d’information, vous pouvez me contacter.